Baytalhikma’s Weblog

Just another WordPress.com weblog

Troisième Session de formation du personnel des centres de sauvegarde de l’enfance

Bayt Al Hikma                                   Ministère de la Jeunesse et des Sports                              Amane

NOTE METHODOLOGIQUE

Troisième Session de formation du personnel

des centres de sauvegarde de l’enfance

(Directrices et Directeurs, Educatrices et Educateurs, Assistantes familiales, Délégué(e)s à la liberté surveillée)

9-10-11 novembre 2010 Fès

23-24-25 novembre 2010 Mohammadia

30 novembre et 1-2 décembre 2010 Marrakech

9-10-11 décembre 2010 Tanger

14-15-16 décembre 2010 Dayet Roumi

 

 

Le personnel socio-éducatif des centres de sauvegarde de l’enfance : Quelles pratiques professionnelles face à l’enfant victime de violences sexuelles ?

 

 

Introduction

Dans le cadre des activités de renforcement de capacités mises en place par Bayt Al Hikma auprès des directeurs, économes, éducateurs, délégués à la liberté surveillée, assistantes familiales et associations opérant auprès d’enfants vulnérables, des discussions ont été engagées avec l’association Amane, bureau de représentation de l’ONG française Acting For Life, en vue d’une collaboration pour la formation du personnel des centres de sauvegarde de l’enfance. Cette formation prend place dans le cadre de la convention qui lie Bayt Al Hikma et le Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Ces discussions se sont concrétisées par un partenariat impliquant AMANE, Bayt Al Hikma et le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Ce partenariat répond à une  volonté commune d’améliorer la prise en charge des enfants accueillis dans les centres de sauvegarde, notamment ceux ayant été confrontés à une situation d’abus ou d’exploitation sexuels.

1. Contexte et analyse des besoins

à Les contraintes et difficultés identifiées au niveau des centres

Les centres de sauvegarde de l’enfance ont la vocation première d’accueillir les mineurs en conflit avec la loi âgés de 12 à 18 ans. Ils ont pour objectifs :

–          de formuler des recommandations et des projets éducatifs susceptibles d’aider l’autorité judiciaire à prendre la décision adéquate concernant le mineur ;

–          d’offrir des services et des prestations socio-éducatives et sanitaires en mesure d’assurer la rééducation et la réinsertion des mineurs.

–          d’assurer la formation scolaire et professionnelle pour accompagner la réinsertion économique et sociale du mineur.

Des démarches sont également effectuées pour renforcer les liens entre l’enfant et sa famille.

Les équipes socio-éducatives travaillant au sein de ces centres sont donc des professionnels engagés dans un processus d’accompagnement et de soutien à un moment de la vie de jeunes en difficultés afin que ces derniers puissent s’inscrire positivement dans la société.

Cependant, force est de constater que le personnel de ces institutions est confronté à plusieurs difficultés qui limitent l’efficacité de leur intervention :

Les centres de sauvegarde de l’enfance n’accueillent pas seulement les mineurs en conflit avec la loi. Ils doivent assurer également la prise en charge des enfants en situation difficile, placés sous ordonnance des juges. Ainsi, des enfants victimes de violences sexuelles, maltraités, orphelins, en grande précarité ou laissées à eux-mêmes sont placés dans ces structures et côtoient des enfants auteurs de délits ou de crimes. Il ne s’agit pas de stigmatiser ces derniers, mais il est évident que cette cohabitation rend encore plus délicate la tâche des équipes et n’est pas sans conséquences sur les enfants eux-mêmes. Par ailleurs, le statut d’enfants en situation difficile, constitue généralement une phase ou le risque d’entrer en situation conflictuelle avec la loi est très grand.

–          Les éducateurs doivent gérer la violence des enfants qui pour la plupart ont été en contact avec la drogue et/ou l’alcool avant leur intégration dans le centre et doivent subir un sevrage brutal.

–          Les effectifs des équipes d’encadrement sont réduits. Un éducateur peut gérer 30 enfants.

–          Les profils spécialisés sont rares voire même inexistants. Ainsi, il n’y a pas d’assistantes sociales ni de psychologues rattachés aux centres. Cependant, il faut souligner la démarche de Bayt Al Hikma qui a mis à la disposition des centres une équipe de trois psychologues qui assurent un soutien psychologique aux enfants en difficulté.

Sans la présence de ce personnel spécialisé à temps plein, les éducateurs gèrent toutes les situations sans avoir toutes les compétences adéquates, ce qui peut générer parfois des frustrations. Parallèlement, on note une absence de structures spécialisées pour la prise en charge de certaines catégories de mineurs particulièrement vulnérables (enfants handicapés, mineures enceintes, enfant de moins de 10 ans…).

–          Enfin, face aux diverses pressions générées par les conditions de travail, on constate alors que les relations entre les enfants et les éducateurs, à quelques exceptions, sont généralement empreintes de violence physique et morale et de devoir d’obéissance[1].

à Les besoins exprimés par les équipes socio-éducatives

La formation proposée a été élaborée à la lumière des besoins détectés et des attentes exprimées par les équipes socio-éducatives. Les informations ont été recueillies grâce à plusieurs entretiens menés avec les enquêtrices familiales, les éducateurs et directeurs de quelques centres, à la visite de 3 centres[2], l’expérience de Bayt Al Hikma dans les vingt centres et aux réponses apportées à un questionnaire remis à une vingtaine d’éducateurs. Ainsi, des demandes spécifiques ont été formulées et ont été recoupées avec nos propres observations. Les attentes peuvent être résumées à travers ces questions qui concernent pour la grande majorité, la pratique professionnelle des équipes amenées à encadrer et à suivre des enfants ayant été victimes d’abus sexuels avant leur placement :

–          Comment intervenir lorsque l’on est en présence d’un enfant qui s’auto-agresse ?

–          Quelles sont les différentes manifestations de la violence sexuelle ?

–          Comment agir lorsque l’on est face à un enfant qui a été victime de violence sexuelle ?

–          Quelles sont les conséquences de la violence sexuelle sur l’enfant ?

–          Comment identifier un enfant victime de violences sexuelles ?

–          Comment interpréter les comportements de l’enfant abusé et bien agir ?

–          Quelles sont les limites de l’éducateur en termes de tâches et de responsabilités ?

–          Quelles sont les bonnes attitudes à avoir pour pouvoir offrir à l’enfant un sentiment de sécurité à travers l’accueil et l’entretien ?

–          Comment aider l’enfant accueilli pour qu’il ne vive pas avec ses souffrances et blessures ?

–          Quelles sont les structures et instances qui peuvent aider dans la prise en charge des enfants victimes de violence sexuelles?

Il faut rappeler que le module de formation dispensé par AMANE et abordant la problématique spécifique des violences sexuelles, vient compléter le dispositif de formation mis en place par l’association Bayt Al Hikma en partenariat avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports. En effet, le ministère s’est engagé dans une politique de renforcement de capacités des personnels des centres de sauvegarde et a sollicité l’appui des associations pour mener à bien ce travail.

2. Public concerné par la formation

Cette formation s’adresse en premier lieu aux professionnels assurant l’accueil et l’encadrement des enfants placés dans les centres de sauvegarde de l’enfance. Néanmoins, nous avons choisi de l’élargir aussi à ceux qui interviennent ponctuellement dans les centres ainsi qu’à ceux amenés à effectuer le suivi des enfants maintenus dans leur famille sous le régime de la liberté surveillée[3].

Seront donc concernés :

–          Les éducateurs/trices exerçant au sein centres. En effet, ces derniers sont en contact continu avec les cas problématiques et sont souvent confrontés à des situations qui ne relèvent pas toujours de leurs compétences. Ils se retrouvent alors en difficulté et ne peuvent intervenir convenablement.

–          Les directeurs des centres. Ils sont tenus à superviser le travail mené par leur équipe. Ils seront ainsi invités à réfléchir avec le personnel sur les pratiques et les contraintes qui perturbent le travail réalisé avec l’enfant. Les directeurs mènent également les entretiens avec les enfants accueillis.

–          Les enquêtrices familiales. Rattachées au bureau de la délégation régionale, elles sont chargées d’instruire les enquêtes sociales. Elles interviennent dans les centres à la demande des directeurs, des juges et des délégués à la liberté surveillée.

–          Les délégués à la liberté surveillée. Ils travaillent en milieu ouvert et assurent le suivi des enfants maintenus au sein de leur famille.

Les cinq premières sessions s’adresseront uniquement aux directeurs et éducateurs.

3. Objectif général de la formation

Cette formation a pour but principal de renforcer les compétences des personnels socio-éducatifs des centres de sauvegarde de l’enfance à travers une meilleure compréhension

de la problématique des violences sexuelles à l’encontre des enfants, l’acquisition et la maîtrise d’outils en matière d’identification et d’accompagnement des enfants victimes.

4. Objectifs pédagogiques de la formation

Ainsi, à l’issue de la formation, les participants seront capables de :

–          Définir ce que la violence sexuelle à l’encontre des enfants et avoir une meilleure compréhension du phénomène.

–          Connaître les conséquences des violences sexuelles qui peuvent perturber la vie de l’enfant victime et toucher à son intégrité physique, psychique et sociale.

–          Connaître et identifier les signes qui permettent de repérer un enfant victime de violence sexuelle.

–          Avoir une meilleure compréhension des différents comportements et attitudes de l’enfant victime de violence sexuelle et pouvoir les analyser.

–          Définir et analyser le rôle des intervenants socio-éducatif face à une situation de violence sexuelle.

–          Intégrer les limites de l’intervention du personnel socio-éducatif.

–          Assurer la prise en charge de l’enfant victime de violence sexuelle en appliquant les techniques de la relation d’aide et composer avec les contraintes de l’environnement de travail.

–          Identifier les acteurs de la protection de l’enfance et constituer un réseau de professionnels avec qui collaborer.

–          Orienter l’enfant et sa famille en cas de violences sexuelles en se référant au réseau et à une procédure préétablie.

Il est important de souligner que les outils et techniques qui seront transmis aux participants pour l’amélioration de leurs pratiques en termes d’identification et d’accompagnement des enfants victimes de violences sexuelles, s’appliquent pour certains, à la prise en charge de l’enfant « en souffrance » de façon générale. Ainsi, le champ d’action et de compétences du personnel sera élargi.

5. Démarche générale

La formation doit être liée à l’expérience concrète du terrain pour qu’elle puisse être réinvestie par les participants. Elle doit aussi permettre aux participants de réfléchir sur leurs pratiques, de verbaliser les difficultés de leur métier en essayant de tirer les mécanismes qui les régissent et d’identifier les obstacles et les besoins liés à leur vie professionnelle.

Ainsi, cette formation est conçue comme devant permettre l’acquisition de capacités nouvelles, le renforcement de l’expérience acquise et la résolution de problèmes rapportés par les participants.

Compte tenu de notre démarche, les techniques d’animation privilégiées seront de type participatif : le brainstorming, les jeux de rôle, les focus groupe et la réflexion à partir d’études de cas problématiques.

Des éléments théoriques que les participants devront connaître, comprendre et intégrer pour être opérationnels dans leurs pratiques seront également transmis.

Enfin, chaque session de formation sera évaluée à partir d’un questionnaire. Un dispositif de suivi sera également élaboré par la suite.

6. Actions prévues

Cinq sessions de formation seront organisées en 2010 : Tanger ou Tétouan, Fès, Benslimane ou Mohammedia et Marrakech. Chaque session regroupera 20 participants auxquels se joindront 02 représentants du Ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que l’équipe de l’association Bayt Al Hikma.

Les groupes seront définis par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Les directeurs constitueront un groupe à part entière.

La durée d’une session sera de 3 jours. Nous proposons les dates suivantes :

–          Session 1 : les 9, 10 et 11 novembre 2010 au Centre d’accueil Al Qods à Fès

–          Session 2 : les 23, 24 et 25 novembre 2010 au Centre d’accueil Bachir à Mohammadia

–          Session 3 : les 30 novembre et 1, 2 décembre 2010 au Centre d’accueil Harti à Marrakech

–          Session 4 : les 9, 10 et 11 décembre 2010 au Centre d’accueil de Tanger

–          Session 5 : les 14, 15 et 16 décembre 2010 à Dayet Roumi.

Les sessions se poursuivront en 2011 afin que l’ensemble des équipes des 20 centres de sauvegarde de l’enfance et des délégations régionales soient formées.

7. Intervenants

La formation sera assurée par l’équipe d’AMANE et dispensée en double langue[4] :

–          La chargée du renforcement de capacités, francophone : Mme Béatrice BOURON

–          Une psychologue, arabophone : Mme Naima SAMRI

–          Une chargée de formation, arabophone : Mme Naima HAJJI

8. Responsable projet :

–          Bouchra Qmichou (Bayt Al Hikma)


[1] Hicham Aït Mansour, Etude sur les enfants en institution au Maroc, UNICEF 2006.

[2] Le centre de Temara, le centre Al Fida et le centre Abdessalam Benani.

[3] Nous n’avons malheureusement pas pu nous entretenir avec les délégués de la liberté surveillée. Mais compte tenu de leur mandat et de leur contact avec les enfants et leur famille, nous avons souhaité les intégrer à la formation.

[4] Lors des interventions en français une traduction pourra être assurée si besoin.

octobre 31, 2010 - Posted by | Uncategorized

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :